Actualités ›

2021, une nouvelle ère pour le sport

28 décembre 2020

Depuis l’apparition de la Covid-19 en France, l’économie du sport comme beaucoup d’autres secteurs a été touchée.Mais le virus a également eu des effets bénéfiques sur la pratique individuelle qui s’est renforcée pendant les périodes de confinement : plus de 40% des français aujourd’hui se remettent au vélo, au yoga et à la musculation. Cela permet d’être en meilleure santé et forme, et à terme, de diminuer les dépenses publiques. Les plateformes numériques sont alors plébiscitées (cours de sport à distance en visio-conférence). 

 

LE DIGITAL OU RIEN

Depuis le contexte sanitaire, tout passe par le digital. La part du marché est de 12%. 16% des français choisissent même de commander leurs achats depuis leur mobile. 

L’événementiel en crise, la mise en scène et la spectacularisation des événements sportifs sont devenues obligatoires. La "draft 2020" de la NBA, ce moment où les meilleurs joueurs universitaires sont sélectionnés par les équipes professionnelles, a été entièrement numérique. Et cela n'a pas rebuté les fans : 55 millions de personnes ont assisté à l'une des trois "étapes" de la draft, soit 16% en plus que l'an passé ! 6,2 millions l'ont regardé en ligne (+35% par rapport à 2019), les autres ont suivi ce format inédit sur l'une des quatre chaînes TV (ABC, ESPN, the NFL Network et ESPN Deportes) retransmettant l'événement. Sevrés de compétitions physiques depuis la mise en place du confinement, les fans de sport se sont tournés vers des initiatives en ligne pour combler le manque, pour le plus grand bonheur des organisateurs des compétitions, des diffuseurs et des sponsors.

Enfin, de nouvelles pratiques sportives voient le jour. Les cours en visio, c’est la nouvelle tendance depuis le premier confinement. Les coachs sportifs se sont adaptés aux conditions et ont assuré leurs cours à distance. Les live via les réseaux sociaux ont été nombreux. Finalement, on peut conclure que dans les années à venir, la digitalisation du sport va devenir chose courante et il sera important de redéfinir plusieurs stratégies digitales. 


LA FÉMINISATION DU SPORT, UN ENJEU SOCIAL

Selon une étude Union Sport & Cycle de 2017, les femmes représentaient 49% des 38 millions de françaises qui pratiquent occasionnellement une activité physique ou sportive. Les chiffres sont aussi visibles sur la consommation des produits liés au sport. Elles représentent 37% du marché textile et 33% du marché des chaussures de sport. Des statistiques qu’on ne peut mettre de côté et que l’industrie doit prendre en compte.

De plus, même s’il n’y a pas d’obligation légale en la matière, une impulsion est régulièrement donnée par le ministère des Sports pour que les instances déconcentrées des fédérations s’engagent dans une représentation équilibrée des femmes et des hommes. Presque tous les statuts des fédérations sportives (110) intègrent désormais la féminisation des instances dirigeantes. Sur les 115 fédérations sportives agréées, on compte 14 présidentes à la tête d’une fédération sportive (olympique, non olympique et multisports). Et cette tendance ne risque pas de s’arrêter là.

2024 marquera aussi les Jeux Olympiques qui se tiendront à Paris. Cela marquera également la parité parfaite entre les athlètes femmes et hommes, du jamais vu ! Tony Estanguet, Président de Paris 2024, a ajouté : « Avec le programme sport dévoilé aujourd’hui par le CIO, Paris 2024 consolide les marqueurs de son identité : avancée sociétale majeure avec, pour la première fois, un nombre d’athlètes femmes équivalent à celui des hommes » (Les Jeux Olympiques de Paris 2024 seront les premiers Jeux strictement paritaires de l’Histoire, Bein Sport, 7décembre 2020).


UNE RÉELLE PRISE DE CONSCIENCE CHEZ LES SPORTIFS

Avec la crise sanitaire, le sport n’a pas eu le choix que de s’adapter aux nouveaux modes de vie des consommateurs. Lors des confinements, les pratiques individuelles à la maison ont explosé. Grâce aux applications notamment, toute personne de niveau débutant ou amateur, peut s’y mettre actuellement. Le digital, accessible à tous, permet d’avoir une communauté davantage ouverte. Les sportifs partagent alors leurs performances et progression sur les réseaux sociaux, ce qui donne plus facilement envie aux autres de tenter l’expérience.

Mais le secteur du sport n’a pas fini d’évoluer. A l’aide de la réalité virtuelle (VR), les équipes s’entraînent déjà à distance même à l’autre bout du monde. Quant à l’Intelligence Artificielle et la Big Data, ces avancées technologiques pourraient bien réserver de nombreuses surprises à ce secteur. Affaire à suivre…

Téléchargez la brochure et le dossier de candidature