Les sprinteuses : start-up au féminin

La 3e saison de « Les Sprinteuses » sera officiellement lancée le mercredi 12 septembre 2018 lors d’une cérémonie qui se tiendra au siège de Willa en présence de Stéphane Pallez - PDG de la Française des Jeux, Omar El Zayat - Directeur de l'incubateur Le Tremplin, et Magali Tézenas du Montcel - Déléguée Générale de SPORSORA et marraine de cette nouvelle saison. Les cinq start-up retenues y seront présentées. Mais qu’est-ce que « Les Sprinteuses » exactement ?
start up les sprinteuses

Les Sprinteuses, un pré-incubateur

« Les Sprinteuses » est un pré-incubateur d’entreprises créé en 2016 par Willa (ex Paris Pionnières) pour soutenir des start-up fondées ou co-fondées par au moins une femme dans le domaine du sport. Le programme est gratuit et dure 6 mois. Il est mené en partenariat avec Le Tremplin, La Française des Jeux et la Mairie de Paris, et permet d’accompagner 5 entrepreneurEs chaque année. Sa spécialité : accompagner les femmes très tôt dans leur parcours d’entrepreneuriat, bien en amont des autres accélérateurs d’entreprises. 

Cette initiative a vu le jour suite au constat que peu de femmes entrepreneurs étaient représentées dans les incubateurs et dans les start-up dédiées au sport. Le but affiché : féminiser les start-up dans ce secteur. La sélection se fait sur les projets les plus innovants, comme ceux qui concernent des nouveaux sports ou qui abordent des disciplines sous un angle différent.

Pendant cette phase de pré-incubation, les start-up sont accompagnées dans toutes les étapes de leur lancement : définition du business model, rédaction du business plan, financement, choix du statut juridique, etc. Leurs fondatrices évoluent dans un écosystème entrepreneurial foisonnant où coachs et experts challengent leur idées et les aident à trouver les meilleurs orientations et axes de développement. Elles bénéficient aussi de workshops collectifs, de formations ou d’espaces de coworking.

Des championnes entrepreneures

La vice-championne Olympique de boxe, Sarah Ourahmoune, a ainsi intégré la première promotion pour son projet Jungle Fights. Elle a eu l’idée de créer des gants de boxe connectés permettant de réaliser des combats virtuels pour répondre à une double demande : le grand public pour le côté ludique et les sportifs de haut niveau pour évaluer leur efficacité.

Gaëlle Frizon de la Motte a lancé avec l’aide de « Les Sprinteuses » OLY Be, une plateforme mettant en relation des élèves souhaitant pratiquer le yoga, des professeurs et des lieux pouvant accueillir des cours que ce soit des domiciles de particuliers, des entreprises, des galeries d’art ou des hôtels.

Autre exemple : Révèle, la marque de vêtements de sport dédiée aux femmes pour les sports de contact ou de combat. Leurs fondatrices Laetitia Pingel et Clémence Fabre, membres de l’équipe de rugby de leur école, devaient s’équiper… au rayon homme, voire enfant ! Elles ont créé leur propre marque pour pallier ce manque.

A la fin de cette phase de pré-incubation, les start-up peuvent être directement sélectionnées par « Le Tremplin », l’incubateur parisien dédié aux entreprises du sport, voisin de l’ESG Sport.

La cérémonie de lancement est ouverte à tous. Pour y assister, il suffit de confirmer sa présence par email à sylvia@hellowilla.co